Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 07:08

Après ce petit Moliniérisme, j'en viens aux diverses explications que j'ai pu trouver pour rendre compte du fantasme de viol.

 

En gros, ça donne ça :

  • on est tellement belle / désirable / irrésistible que les hommes ne peuvent pas se maîtriser ;

  • la sexualité et le plaisir sexuel restant fondamentalement honteux, imaginer qu'on est forcée à l'acte sexuel permet de « se laisser aller », de se dédouaner de tout sentiment de culpabilité, et de pouvoir ainsi prendre son pied.

(J'avais écrit « différents types de » et « diverses explications », et je ne trouve que deux machins dans mon panier – c'est qu'après examen le reste (de mes recherches au gré du net) s'apparente plus à du porridge qu'à des idées.)

 

Le second mode d'explication retient tout mon intérêt. C'est lui que met en avant Virginie Despentes dans sa King Kong théorie (p.55 et suivantes de l'édition Grasset).

 

« C'est un dispositif culturel prégnant et précis, qui prédestine la sexualité des femmes à jouir de leur propre impuissance, c'est-à-dire de la supériorité de l'autre, autant qu'à jouir contre leur gré, plutôt que comme des salopes qui aiment le sexe. Dans la morale judéo-chrétienne, mieux vaut être prise de force que prise pour une chienne, on nous l'a assez répété. Il y a une prédisposition féminine au masochisme, elle ne vient pas de nos hormones, ni du temps des cavernes, mais d'un système culturel précis, et elle n'est pas sans implication dérangeante dans l'exercice que nous pouvons faire de nos indépendances. Voluptueuse et excitante, elle est aussi handicapante : être attirée par ce qui détruit nous écarte toujours du pouvoir. » (p.56)

 

(« elle n'est pas sans implication dérangeante dans l'exercice que nous pouvons faire de nos indépendances » : cela fait écho avec l'article de Molinier – les Blanches émancipées de leur rapport de domination (de genre) utilisent cette petite dose de liberté pour... un exercice bien dérangeant : le jeu de l'esclave.)

Partager cet article

Repost 0
Published by Alix - dans Sexualités
commenter cet article

commentaires

genderfucker 12/04/2010 21:56


Je n'ai pas encore lu ce bouquin, mais ton billet a permis que je le commande sur le net ^^

Là je suis en train de lire "Epistémologie du placard" d'Eve K. Sedgiwkck. C'est chanméééééééééééééééééééééééééé ! :d


genderfucker 11/04/2010 20:11


je commente à nouveau car la dernière phrase a interpellé ma conscience avec une telle violence : "être attirée par ce qui nous détruit nous écarte toujours du pouvoir"

On peut tirer tellement de choses de cette phrase...Notamment une certaine complaisance dans l'idée que se faire dominer sexuellement en tant que femme c'est être libérée, féminine, excitante etc.
C'est aussi croire que puisqu'il s'agit du sexe, donc du privé, ce n'est pas bien grave, cela n'a d'autres implications. Sauf que si l'on considère que le privé est politique, et qu'il y a donc de
la culture et du social même dans l'intimité, on peut alors considérer que ces comportements sexuels sont le reflet d'un fonctionnement plus global de la société; fonctionnement sexiste beaucoup
moins violent, plus diffus et voilé, qu'il y a des décennies, mais non moins opérant.


Alix 12/04/2010 21:05



je suis tout à fait d'accord... tu as lu la King Kong théorie ? ça te plairait :) certains chapitres me laissent un peu plus perplexes que d'autres, mais dans l'ensemble, c'est bien sympa et bien
stimulant (et ça se lit comme du beurre ;p)



genderfucker 11/04/2010 19:38


Hello !
merci pour ce billet, et particulièrement pour les passages que tu cites ! Cela me permet d'avoir des supports théoriques à une réflexion en moi qui n'était guidée par rien d'autres que la logique
du sens commun que je ne partageais : "bahh ouais les femmes aiment se faire dominer, c'est normal, puisque l'homme aime dominer, et puis t'sé comme ils se complètent" et bla bla blaaaaaaaa
Enfin, ce si beau discours normatif que tu connais autant que moi ^^


Présentation

Où êtes-vous ?

Chez la méduse. Glânez comme bon vous semblera.
Vous trouverez ici de petits comptes-rendus de bouquins que j'ai lus (plus souvent de passages / chapitres), ou (plus rarement) de cours / séminaires / conférences auxquels j'ai assisté. (Je veillerai à user les citations avec modération, si !)
Ces petits topos seront situés : c'est moi qui parle, j'écrirai donc ce que j'ai compris / pas compris, ce que j'ai aimé, ce qui m'a intéressé, ce avec quoi je suis en désaccord, etc. Les réactions sont très bienvenues. Vous y trouverez aussi épisodiquement des récits - de choses vues, entendues, autour de moi.
Thèmes abordés chez la méduse : féminisme, théorie féministe, genre - militantisme, sciences sociales, racisme aussi (... etc.?)
Pour quelques explications sur la méduse qui change en pierre et vaque à son tas, vous trouverez un topo ici. D'avance merci pour vos lectures.

Pages