Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 17:34

  Oui, je sais, la méduse joue à cache-cache derrière son rocher en ce moment... A croire qu'elle hiberne en plein été. C'est juste que je préfère la laisser dormir tout son soûl et ouvrir un œil de temps en temps, plutôt que fermer carrément ce blog. Car, oui, ma tête (et pas mal du reste de mon corps...) sont occupés ailleurs, impossible pour moi de plonger entasser des pierres ces temps-ci – j'y arrive pas !

 

amphi-buffon.jpgUn petit mot malgré tout sur une journée d'études à laquelle j'ai assisté le premier avril dernier : une journée en hommage à Hélène Rouch, chercheuse décédée en 2009, qui se déroulait dans les locaux de Paris VII, et dont le programme est consultable ici.

 

Une journée super surréaliste pour moi, car je ne m'attendais pas du tout à y trouver ce à quoi je me suis heurtée. Faut dire, j'y allais un peu la bille dans la tête – jamais lu un article d'Hélène Rouch, une vague connaissance approximative de ses sujets de recherches ; mais je m'étais imaginée – en fait, j'étais persuadée – que ses travaux collaient comme la poisse au dos du monde à tout ce qui me préoccupe et me travaille : la remise en cause de l' « objectivité » et de la neutralité scientifique, la reconnaissance du caractère nécessairement politique des sciences, l'analyse de leurs effets en termes de rapport de pouvoir, l'emprise d'une certaine vision de la biologie, des discours naturalistes et de l'appel aux « faits » dans la construction des corps, et dans la construction du sexe.

 

Alors évidemment, quand l'une des intervenantes s'est targuée d'un « si le sexe est construit, ya plus qu'à aller se coucher », suscitant l'enthousiasme du public, j'ai eu bien du mal à cacher ma surprise, ma grande surprise, et, il faut le dire, une certaine dose d'agacement. Quand l'auditorium a résonné de phrases comme « la critique féministe n'est pas une bonne critique épistémologique », « je suis estomaquée quand j'entends que le sexe est construit », « ce qui réunit toutes les femmes c'est leur capacité à mettre au monde », « la différence des sexes est maintenue par la question de la génération », « il faut réconcilier égalité et différence », quand les personnes à la tribune se sont mises à s'intercongratuler, quand personne dans le public n'a bronché, j'ai pensé que je m'étais trompée d'endroit. Je ne pensais pas me rendre là où j'étais allée. (En fait, je ne comprenais pas où j'étais.)

 

Mes notes sur ces interventions fourmillent donc de gribouillages dans les marges - « n'importe quoi », « ça m'énerve ces arguments débiles », « j'ai faim ».

 

Ceci vaut pour la matinée ; les interventions et le public étaient sensiblement différents l'après-midi. J'aurais bien aimé, en fait, que certaines des personnes présentes l'après-midi le soient dès le matin, parce que j'imagine qu'elles auraient pu faire entendre une voix qui manquait diablement au milieu des rires entendus et des jugements emporte-pièce-de-petits-gâteaux. (Ilana Löwy, où étais-tu ?)

Le public était globalement plus nombreux et surtout beaucoup plus jeune l'après-midi ; j'y ai reconnu en particulier certains visages du master Genre, Politique et Sexualités de l'EHESS. M'est d'avis qu'ils auraient été dans l'ensemble plus réfractaires à l'ambiance du matin. (Le matin, on voyait surtout des femmes entre 45 et 65 ans ; beaucoup avaient l'air de se connaître – une petite clique de chercheuses aux premiers rangs.)

 

Les deux interventions qui m'ont le plus chiffonnée sont celles de Priscille Touraille et de Françoise Collin (qui se sont suivies – rien de mieux pour transformer mon désarroi en petite boule de rage rentrée). La séance était alors présidée par une psychanalyste, Martine Ménès – qui en bonne psychanalyste se roulait dans la réaffirmation du DEUX des copines, comme un épagneul breton dans la boue.

 

Ce qui m'a le plus énervée, je crois, dans l'intervention de Priscille Touraille, c'est ce jeu d'interactions avec l'auditoire. Le public (en tout cas, la partie qui se faisait entendre) poussait des soupirs de plaisir et de soulagement à chaque affirmation de sa part allant dans le sens d'un « rappel » du « réel », de la « réalité » du sexe, de la « dualité naturelle » (pardon pour la floraison de guillemets, je ne trouve pas d'autres biais pour exprimer ma distance). Quand j'y repense, c'est comme si toute une partie de l'auditoire s'était rendue à cette journée d'études le ventre un peu noué, avec une vague anxiété, à l'idée qu'elle allait entendre, qu'il allait lui falloir affronter cette idée violente et tellement dérangeante que « le sexe est construit » ; elles s'assoient, ça commence, elles écoutent, et finalement non ! Cette chercheuse, là, devant elle – et pourtant une toute jeune chercheuse, représentante de la nouvelle génération, venue après Joan Scott, après le genre, après Butler enfin ( !! ) leur confirme que oui, il y a bien deux sexes ! Qu'on ne peut pas dire n'importe quoi ! Qu'il faut arrêter de délirer deux minutes ! Aha, que le « réel » résiste, sacrebleu, et qu'on ne peut pas tout annuler avec une baguette magique, « comme le fait Butler » ! Forcément, les ventres se détendent, la petite boule d'angoisse s'en va, les langues se délient, aha on a eu chaud – elle est bien cette petite – bon, bon, finalement on est entre gens de raison et de bonne compagnie, il y a deux sexes, tout va bien, on peut continuer...

Je délire peut-être un peu, là, mais c'est comme ça que je relis, rétrospectivement, cette pluie de compliments, ces rires gais, détendus, et d'entre-soi, qui ont monté, progressivement, pendant et après l'intervention de Priscille Touraille. Comme si ça leur faisait vraiment du bien d'entendre ça.

 

En réalité, je ne veux pas parler de l'intervention de P. Touraille proprement dite. J'ai trouvé ça assez confus, j'ai manqué ses arguments, passés trop vite, trop transparents, ou peut-être dissimulés par le brouillard de stupéfaction qui commençait à monter dans ma tête. Ce que j'ai lu d'elle, plus tard, ailleurs, ne m'a pas tant rebutée ; j'ai parfois même trouvé cela vraiment intéressant.


C'est plus la réception de son discours qui retient mon attention ici, et tous ces autres discours qui l'ont entouré : des discours de rappel à la réalité.

 

« L'évidence », le « concret », « on voit bien » : ce recours au « réalisme » est censé briser net, ridiculiser tous les autres discours, qui eux construisent leurs objets, opèrent un détour par rapport au donné ; on hausse les épaules et balaie du revers de la main toutes ces « abstractions ». Ce geste s'accompagne bien d'une posture particulière, face au savoir, mais aussi et surtout face aux autres, face à l'auditoire – la posture séduisante du « on va arrêter de rigoler deux minutes et revenir aux choses sérieuses, quand même, on le sait tous bien qu'il y a deux sexes ». C'est le « cela-va-de-soi » de Monique Wittig, épanoui à l'échelle d'un auditorium.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anis 06/07/2011 10:34



Je pense qu'il y a des discours très rassurants qui reviennent toujours en force, parce qu'en gros, ils collent à la réalité sociale. Quand je suis dans certaines réunions, je me rends compte que
les femmes dans leur ensemble jouent le jeu de la féminité et semblent s'y sentir relativement à l'aise. Ce n'est qu'à la marge que cela bouge vraiment, pour ceux qui ne se sont jamais sentis à
l'aise avec ces modèles. Etre jeune, d'autre part, ne garantit pas plus la radicalité d'un discours.Il y a beaucoup de jeunes extrêmement conformistes. C'est bien de ne pas fermer votre blog,
même si un bébé prend beaucoup d'énergie, il faut toujours laisser une place pour autre chose.



Yunnan 21/06/2011 17:31



Salut,


j'étais à cette journée, matin et après-midi, et j'en ai un souvenir un peu différent du tien.


Certes, c'était très "entre-soi" comme ambiance, surtout le matin, mais j'ai l'habitude grâce aux journées de l'IEC, du RING et autres institutions, où si tu es étudiantEs ou doctorantEs, tu peux
vivre quelques uns des plus intenses moments de solitude de ta vie. J'étais donc arrivée avec un pull de réserve (l'amphi Buffon est remarquablement froid, été comme hiver) et préparée à me
sentir très seule. Heureusement, on a eu l'arrivage du master EHESS l'aprèm (certainement dû à l'intervention atlantique d'une certaine chercheuse dont il a déjà été question sur ton blog).


Concernant le contenu des interventions, j'avoue que mes notes et mes souvenirs sont assez flous, notamment parce que j'ai piqué du nez à de nombreuses reprises. Et l'intervention de Priscille
Touraille a fait partie de celles dont j'en ai loupé plus de la moitié... Cependant, il y avait des choses intéressantes dans ce qu'elle disait, en particulier sur le fait que les organes
génitaux n'étaient que des organes parmi les autres, ce qui renvoie à un de ses dadas (la différence entre "avoir" un sexe et "être" un sexe).


Sur le fameux DEUX, Ilana Löwy et d'autres ont râlé, mais en coulisse, parce que plusieurs intervenantes avaient "oublié" de signaler que chez Hélène Rouch, le "deux" ne désigne pas la différence
binaire homme/femme, mais la relation entre la mère et l'enfant : le deux c'est la question de la gestation, pas de la procréation hétéro. Je n'ai pas encore assez lu de textes de Rouch pour le
moment pour confirmer, même si son article sur le "Placenta comme tiers" me semble correspondre à ça.


Il y a eu effectivement les habituels grognements sur l'importation néfaste du gender en France, de la sorcière Butler et des jeunes qui ne comprennent rien à rien (le féminisme est
mort, mes soeurs brûlons ensemble), et blabla bla...


Franchement, mais ce n'est que mon avis, cette journée étant une journée "hommage", je n'étais pas étonnée de l'absence de débat, et je ne serais pas si catégorique sur la nature des soupirs et
murmures qui ont flotté dans la salle. Beaucoup étaient des soupirs d'exaspération, et les petits rires étaient concentrés dans des zones assez précises.


Il n'y a qu'à espérer que d'autres journées d'études, ou d'autres interventions, articles, etc., discuteront de manière plus enrichissante et constructive le travail d'Hélène Rouch.



Alix 21/06/2011 18:49



 


Salut Yunnan,


 


et merci infiniment pour ce comm' !


 


Je suis d'accord avec toi pour le dada intéressant de P. Touraille (je l'ai un peu loupé ce jour-là, mais je l'ai lu
ensuite sous sa plume, sur le net, et effectivement, c'est intéressant et elle l'exprime bien).


 


Ce que je n'ai pas du tout aimé, dans son intervention, c'est qu'elle balayait en trois mots tout le boulot des
biologistes américaines, avec des arguments qui n'en étaient pas (certes elle n'avait pas beaucoup de temps ! mais j'aurais préféré qu'elle dise, à la limite, « je ne développerai pas mais
je renvoie à mes travaux sur ça blablabla » - si elle a vraiment bossé de façon rigoureuse et approfondie là-dessus. Là ça faisait vraiment... « j'arrive et je vous dis que tout ce que
ces chercheuses reconnues ont établi depuis des années c'est des conneries, hop » ; et son seul argument, en fait, c'était « elles disent que les différents critères du sexe ne vont pas
nécessairement ensemble, mais ça ne suffit pas pour dire que le sexe est construit » (doublé de : « on n'aurait pas dû prendre ça pour argent comptant sous prétexte que ça vient de
biologistes ») - bon, un peu léger hein... enfin je trouve. Ce n'est pas le seul argument de Fausto-Sterling & co... Puis transformer le travail des autres en caricature de
pâtée pour chats pour mieux le critiquer ou le récuser, certes c'est assez répandu comme stratégie, mais je trouve ça un peu bas.


 


Pour le reste, ya sûrement un effet de perspective dans nos points de vue ! Le matin je m'étais assise à l'avant de
l'amphi, derrière les organisatrices et d'autres nanas, j'ai donc surtout eu conscience de leurs réactions à elles – j'ai raté en particulier les râlages d'Ilana et des autres... (J'étais en
plein cœur d'une des « zones un assez précises » ! ;p) Merci du coup pour la précision sur le DEUX :)


 


Et merci pour ta lecture.







Présentation

Où êtes-vous ?

Chez la méduse. Glânez comme bon vous semblera.
Vous trouverez ici de petits comptes-rendus de bouquins que j'ai lus (plus souvent de passages / chapitres), ou (plus rarement) de cours / séminaires / conférences auxquels j'ai assisté. (Je veillerai à user les citations avec modération, si !)
Ces petits topos seront situés : c'est moi qui parle, j'écrirai donc ce que j'ai compris / pas compris, ce que j'ai aimé, ce qui m'a intéressé, ce avec quoi je suis en désaccord, etc. Les réactions sont très bienvenues. Vous y trouverez aussi épisodiquement des récits - de choses vues, entendues, autour de moi.
Thèmes abordés chez la méduse : féminisme, théorie féministe, genre - militantisme, sciences sociales, racisme aussi (... etc.?)
Pour quelques explications sur la méduse qui change en pierre et vaque à son tas, vous trouverez un topo ici. D'avance merci pour vos lectures.

Pages