Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 19:24

(Ceci est la suite directe du post précédent, dans lequel j'expose ce qu'on pourrait faire, à mon sens, pour avoir une vue d'ensemble relativement claire et complète de ce qu'est aujourd'hui le champ du féminisme français.)

Je rentre un peu dans les détails du "programme" que je propose.

En ce qui concerne les objets de l'étude :

Le premier boulot, évidemment, serait de les identifier, de les lister purement et simplement (et ça représente, je pense, un gros boulot de recension).


miss-marple-seires-aff.jpgLe premier ensemble (les associations féministes) est sans doute le plus facile à établir. Les associations loi 1901 sont clairement identifiables. La difficulté résiderait dans les critères de discrimination des associations « féministes » parmi toutes les associations. Deux lignes de frontières en particulier sont délicates à tracer : celle qui sépare les associations féministes des associations de femmes, et celle, sans doute encore plus floue, qui passe entre les associations féministes et les associations LGBT. (D'autant qu'un tel travail « macro » ne permettrait pas d'approcher chaque association « de femmes », par exemple, pour appréhender le degré de féminisme de ses membres et la portée féministe de leur travail ; il faudrait pouvoir « classer » ces associations sur la base de leurs statuts.)

[Ce problème des frontières ne se limite pas aux associations – il se pose pour l'enquête dans son ensemble, en fait. Où est la frontière du "champ du féminisme français" ?...]

 

Le second ensemble (le féminisme d'Etat) englobe diverses institutions et machins, comme l'observatoire de la parité, les délégations aux droits des femmes et à l'égalité, le Service des droits des femmes et de l'égalité, et certainement bien d'autres trucs.


Le troisième ensemble (les médias féministes) est sans doute à cheval sur deux milieux, celui de la recherche et celui du militantisme (qui ont le droit de faire sandwich voire milkshake) ; par médias j'entends les revues, maisons d'éditions et collections, sites, forum et blogs internet... tout ça tout ça (de Nouvelles questions féministes aux Entrailles de mademoiselle en passant par Causette et le site du Planning familial) (eksétéra.).


Le quatrième machin (lieux et événements féministes) est le plus bordélique, fluide et difficile à mettre en cases. Il me semble néanmoins important, pour tenter de faire entrer dans le champ quantité de personnes qui gravitent autour des milieux féministes, et parce que ces lieux et événements matérialisent (et créent, aussi) les liens qui existent entre les personnes, les institutions, les mouvements.

 

Il s'agirait ensuite de déterminer pour chaque élément du champ son importance, ses positionnements et les liens qu'il entretient avec les autres éléments du champ.

Par « importance », j'entends trois choses : le nombre de personnes que ces mouvements, associations, institutions etc. rassemblent, leur visibilité (dans quelle mesure ils sont connus ou non du grand public, des autres militant.e.s féministes, la place qu'ils occupent le cas échéant dans les médias, etc. - il faudrait établir un certain nombre de critères objectifs pour la mesure de cette « visibilité »), et enfin leur pouvoir (pouvoir de peser sur l'opinion publique, pouvoir d'influence sur le politique). (Difficile à établir tout ça – à commencer par le nombre de personnes que représente telle ou telle association, quand on sait que l'adhésion n'est pas un bon indice de la quantité de personnes véritablement actives...)

Par « positionnements », je vise les thèmes qu'un mouvement / média / une association met en avant, ce pour quoi elle prend position ou lutte en priorité, la façon dont elle se positionne (ou pas) au regard de sujets qui font polémique, les références théoriques qu'elle mobilise ; positionnements « idéologiques » on pourrait dire, et / ou « stratégiques ».

 

Enfin quand je parle de liens, j'ai en tête les relations entre les personnes d'une part, entre les mouvements / institutions d'autre part.

Sacré boulot, si ces liens devaient être explicités à fond, tout rigoureusement, avec analyse du micro (on ne pourrait pas embrasser tout le champ du « féminisme français »...) (On pourrait se focaliser sur un grand événement, la marche mondiale des femmes par exemple, et tenter de suivre les relations entre les différents mouvement présents dans tout le travail de préparation et d'organisation de la marche – qui collabore avec qui, dans quelle mesure, qui n'a pas de contact avec qui, etc.)

Mais pour notre big projet on fera juste ça à la truelle . Une hache dans une main, un seau dans l'autre.

Quelques éléments objectifs qui peuvent donner prise à ce travail de mise en évidence de réseaux de coopération :

  • dans les médias : qui écrit avec qui ? Qui écrit sur le site, dans la revue ou dans l'ouvrage collectif de qui / avec qui ? (Qui signe un manifeste / une tribune avec qui ? etc.)

  • Qui participe à tel colloque / telle manifestation / tel forum aux côtés de qui (personnes & associations / institutions) ? Qui manifeste avec qui ?

  • Dans quels groupes d'associations militent celles et ceux qui militent dans plusieurs associations ?

  • Au niveau des « personnalités » militantes et / ou universitaires et / ou médiatiques, qui est ami.e avec qui ? Qui connaît personnellement qui ? Qui est susceptible de faire le lien entre quels mouvements / institutions / associations ?

 

Ce mic-mac ressemblerait de loin (ou aurait vocation à ressembler...) à une « analyse de réseau » telle que Karim Hammou la présente sur son blog.

 

Évidemment ce petit programme d'enquête est truffé de bourdes, méthodologiques et de fond.

 

Le résultat ne pourra être que schématique et approximatif. D'abord parce que je mélange des réalités de natures différentes (des associations, des trucs ministériels, des sites internet...), sans compter les trucs hybrides (un colloque, une teuf, une librairie ???) (déjà, c'est super bancal).

Mais aussi parce qu'une association (par exemple) est déjà, à elle toute seule, le lieu de rapports de pouvoir, de lignes de clivage, où peuvent se dessiner différentes positions, des jeux de rivalités entre plusieurs personnalités et / ou plusieurs courants – une assoc peut être une sorte de champ à elle toute seule....... mais il faudra ici l'écraser sur une position donnée à l'intérieur du champ. Puis s'il s'agit de travailler à partir de données objectives (afin d'objectiver le champ...), qui ne seront pas saisies à travers un travail micro, long et lent d'observation et d'entretiens, mais cueillies déjà toutes faites (comme des données « mortes » sur papier : des listes d'associations enregistrées au titre de la loi 1901, des résultats de requêtes internet, de requêtes sur des catalogues, etc.) tout un tas de choses échapperont.

 

Mais c'est utile aussi, le débroussaillage et l'hélicoptère, non ? (même l'hélicoptère avec quelques ratés dans le moteur ?)

 

Je me rends compte que dans mon super-programme, les stars (au sens médiatique) ne rentrent pas forcément : où range-t-on Badinter, Fourest, Fadela Amara, Simone Weil... (qui en tant que personnalités fortement médiatiques, et identifiées par une majorité de Français.e.s comme représentantes du féminisme, font partie de ce champ, contribuent aussi à le structurer) ?

Et puis les livres, les groupes de musiques, les films, les documentaires féministes... quand place-t-on Virginie Despentes sous la loupe ?

Mmmh, mon machin a des trous...

 

(Hey, je suis qu'une modeste méduse pas vrai...)

 

Bon, ben les gars, au boulot... (J'attends l'ISBN ; le cas échéant, vous pouvez aussi faire la recherche vous-mêmes et me poster les résultats en comm' )

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alix - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires

egalitaires 25/09/2014 12:31


 lis un peu de partout que : LES féministes sont de vieilles aigries ! ( en gros ) et que se ne sont pas de vraies femmes ..!!! Donc, encore féminitées égale poupées barbies, ou bien
quelqueschoses d'idem.


cela fait que, nous voyons dans nos espaces soit des voilées de plus en lus soit des mamans avec landeau ou sont passées les normales. Je suis pratiquement de la génération BADINTER VEIL ALLYMI
HA que de belles ames, Que de vraies véritées. Que d'espoir nous avons eu le coeur empli de joie d'espoir d'etre ENFIN reconnues comme entitée. Et non sorite de la cote!!! Mais voilà LES
religions monotéistes 'surtout'  désirent nous faire voir leurs visions de la femme : cuisine, cachée, bébé... Et les jeunes femmes se soumettent à cet embrigademment ne sachant pas ce que
celà représente rééllement.ou ne voulant pas car ayant peur. Nous sommes entrainéess par la bas avec la vision d'une certaine impuissance qui nous gel


 

Alix 12/03/2011 20:35



A lire par ici :


http://www.nonfiction.fr/article-4346-ou_sont_les_feministes_.htm



alix 10/10/2010 12:26



un bon article ici, sur les Inrocks !


http://www.lesinrocks.com/livres-arts-scenes/livres-arts-scenes-article/t/51732/date/2010-10-10/article/la-guerre-des-nouveaux-feminismes/


 



Alix 14/09/2010 13:46


ya ça : http://www.syllepse.net/lng_FR_srub_98_iprod_474-Feminisme-au-pluriel.html

ça a l'air chouette :)


Présentation

Où êtes-vous ?

Chez la méduse. Glânez comme bon vous semblera.
Vous trouverez ici de petits comptes-rendus de bouquins que j'ai lus (plus souvent de passages / chapitres), ou (plus rarement) de cours / séminaires / conférences auxquels j'ai assisté. (Je veillerai à user les citations avec modération, si !)
Ces petits topos seront situés : c'est moi qui parle, j'écrirai donc ce que j'ai compris / pas compris, ce que j'ai aimé, ce qui m'a intéressé, ce avec quoi je suis en désaccord, etc. Les réactions sont très bienvenues. Vous y trouverez aussi épisodiquement des récits - de choses vues, entendues, autour de moi.
Thèmes abordés chez la méduse : féminisme, théorie féministe, genre - militantisme, sciences sociales, racisme aussi (... etc.?)
Pour quelques explications sur la méduse qui change en pierre et vaque à son tas, vous trouverez un topo ici. D'avance merci pour vos lectures.

Pages