Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 09:18

  Ayé. J'ai lu "Pas un jour" d'Anne Garréta. En entier.

Et suite à mes blablas précédent, qui avaient pour source le livre "A leur corps défendant," j'aimerais bien mettre du clair (ici devant vos yeux ébahis) dans ce que Garréta fait du genre et de la sexualité dans son roman. (Parce qu'il me semble que c'est intéressant. Que c'est pas banal. Que ça... allume plein de petites lucioles dans la tête, comme des questions. (Ou plein de petites questions comme des lucioles, c'est selon.))

 

Je commence par vous présenter brièvement le machin.

 

pasunjour.jpg147 pages, un Ante scriptum, un Post scriptum, et 12 petits chapitres entre les deux. Dans l'Ante scriptum, Garréta nous annonce qu'elle va se livrer à un jeu dont elle établit les strictes règles : « tu t'assigneras cinq heures […] chaque jour, un mois durant, à ton ordinateur, te donnant pour objet de raconter le souvenir que tu as d'une femme ou autre que tu as désirée ou qui t'as désirée » (pp.11-12). (Grande règle directrice, assortie d'une louche d'autres petites règles.) Dans le Post scriptum, elle nous avoue qu'elle n'a pas du tout réussi à respecter ces règles formelles ; et surtout, elle nous fait cette farce, ce petit tour de passe-passe, qui m'a plu (qui m'a faite sourire, que j'ai trouvé malin) : « dans la série de ces nuits, il y en a une, au moins une, qui est une fiction. Et tu ne diras pas laquelle. » (p.144)

Dans ses douze brefs chapitres, Anne Garréta égraine donc douze souvenirs de femmes, désirées, désirantes.

On ne peut pas dire que j'aie adoré ce bouquin – m'enfin, je suis loin de trouver ça nul – disons qu'elle a parfois une jolie plume, des phrases qui accrochent, certaines histoires m'ont gonflée certes, mais d'autres plutôt saisie ; c'est pas vraiment mon bol de thé, ces fariboles-là (circonvolutions autour d'un nombril assez sûr de lui, quelques digressions un peu oiseuses un peu fumeuses, certaines pages assez pédantes), mais...


En fait, voilà : l'intérêt principal de ce roman, à mon sens, c'est ce qu'il dit de la sexualité et du genre. (Ce qu'il dit, ou ce qu'il faut aller chercher, dessous - en déshabillant la poupée.)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Où êtes-vous ?

Chez la méduse. Glânez comme bon vous semblera.
Vous trouverez ici de petits comptes-rendus de bouquins que j'ai lus (plus souvent de passages / chapitres), ou (plus rarement) de cours / séminaires / conférences auxquels j'ai assisté. (Je veillerai à user les citations avec modération, si !)
Ces petits topos seront situés : c'est moi qui parle, j'écrirai donc ce que j'ai compris / pas compris, ce que j'ai aimé, ce qui m'a intéressé, ce avec quoi je suis en désaccord, etc. Les réactions sont très bienvenues. Vous y trouverez aussi épisodiquement des récits - de choses vues, entendues, autour de moi.
Thèmes abordés chez la méduse : féminisme, théorie féministe, genre - militantisme, sciences sociales, racisme aussi (... etc.?)
Pour quelques explications sur la méduse qui change en pierre et vaque à son tas, vous trouverez un topo ici. D'avance merci pour vos lectures.

Pages