Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 11:18

  Je suis revenue. Toutes mes confuses pour cette si longue absence. Je risque néanmoins de redisparaître, dans les semaines qui viennent... Je laisserai alors la méduse sous votre bonne garde – je vous fais toute confiance pour prendre soin de mon animal .

 

Pour mon retour discret, je vous propose quelques notes, griffonnées à partir d'un article de Diane Lamoureux disponible en ligne ici, sous le titre « Reno(r/m)mer la lesbienne ou quand les lesbiennes étaient féministes ». Un article publié au printemps 2009 dans la revue Genre sexualité et société - par ailleurs une belle mine de textes à défricher.

lavender-menace.jpgCet article traite des liens entre féminisme et lesbianisme, et plus particulièrement de la façon dont ces liens ont été théorisés par des figures de la seconde vague du féminisme états-unien. Les questions liées au corps et à la sexualité ont été au cœur des réflexions de la deuxième vague (à partir de la fin des années 1960) ; les féministes de la première vague (à partir de la fin du XIXe siècle) étaient elles bien plus préoccupées par l'égalité en droit des hommes et des femmes et la réforme des institutions.


Diane Lamoureux, professeure de sciences politiques à l'université de Laval, examine ainsi trois textes, trois voix du féminisme : un texte des Radicalesbians, un texte d'Anne Kodt, et un texte d'Adrienne Rich.


Dans les années 1970 le féminisme états-unien avait certes abandonné « la femme » au profit « des femmes », mais postulait encore une immédiate sororité due à leur oppression commune. Le paradigme dominant dans le féminisme de cette époque est le « standpoint feminism », qui met l'accent sur l'unité des femmes (tandis que le féminisme dit de la troisième vague insiste sur les différences entre femmes). La question lesbienne, en particulier, a fondamentalement été abordée par la deuxième vague sous l'angle du féminin ; cette boutade attribué à Ti-Grace Atkinson l'illustre à merveille : « Le féminisme c'est la théorie, le lesbianisme c'est la pratique. »

Les Radicalesbians sont un collectif de femmes lesbiennes états-uniennes fondé au printemps 1970 (qui se nomma d'abord « Lavender Menace » avant de prendre le nom de « Radicalesbians »). D'après Lindsay Branson sur le site de OutHistory, il faut voir dans la création de ce groupe militant deux origines : d'une part la lutte de femmes au sein du mouvement homosexuel, d'autre part celle d'homosexuelles au sein du mouvement des femmes. Le premier combat se jouait au sein du Gay Liberation Front, créé un mois après les révoltes de Stonewall, et se cristallisa, au printemps 1970, sur la question d'organiser des séances de danse réservées aux femmes. Ces soirées déclenchèrent de fortes oppositions dans les rangs des hommes homosexuels du GLF et certaines figures importantes comme Jerry Hoose and Michael Lavery quittèrent même l'organisation. Le second combat mettait aux prises ces femmes homosexuelles avec les membres de la National Organization for Women présidée par Betty Friedan, qui voyait dans les revendications des lesbiennes une « menace lavande » (« lavender menace »). Lors de la soirée d'ouverture de la seconde conférence pour l'Union des femmes, au mois de mai de cette même année, les lumières furent subitement éteintes ; les 400 féministes présentes dans l'auditorium purent découvrir, quand elle furent rallumées, une vingtaines de femmes portant des tee-shirts mauves « lavender menace », brandissant des pancartes (« Take a lesbian to lunch », « superdyke loves you », « the women's liberation movement is a lesbian plot »), qui leur lurent un texte intitulé « the Woman Identified Woman ». C'est sur ce texte que se penche Diane Lamoureux.

 


Pour les Radicalesbians en 1970, une lesbienne, c'est d'abord une femme. Cette identification volontariste des lesbiennes aux femmes ("the woman identified woman") est pensée comme une pratique critique du patriarcat et de sa dévalorisation du féminin.


Une femme, ensuite, qui refuse, qui est en résistance, en guerre, comme l'exprime la première phrase de ce manifeste, restée célèbre : « une lesbienne, c'est la rage de toutes les femmes condensée jusqu'au point d'explosion. »

Le lesbianisme est ainsi directement relié à la lutte féministe. Se soustrayant à la relation amoureuse et domestique woman-identified-woman.jpegavec un homme, la femme lesbienne se définit en dehors de sa relation à un homme ou aux hommes (ce qui faisait dire à Wittig que les lesbiennes n'étaient pas des femmes, la femme n'existant que dans sa relation hétérosexiste à l'homme). Le terme « lesbienne » en tant qu'insulte, expliquent les Radicalesbians, est balancé aux féministes parce qu'elles cherchent à (re)centrer les femmes sur elles-mêmes et sur leurs propres besoins, plutôt que de les mettre au service des hommes : il sert à rappeler que dans une société sexiste, « femmes et personnes sont des oxymores ». La véritable force révolutionnaire naît de relations entre les femmes non médiatisées par des hommes. Cette idée de médiation obligatoire par le masculin et la classe des hommes, en tant qu'outil essentiel de l'oppression des femmes, est développée par Nicole-Claude Mathieu dans son Anatomie politique : les hommes jouent comme un « objet interposé dans [la] conscience » des femmes (p.165) ; « l'envahissement du conscient et de l'inconscient des femmes par leur situation objective de dépendance aux hommes et le type de structuration du moi qui en découle » (p.171) est l'un des leviers de l'oppression.


« Jusqu'à ce que les femmes voient dans d'autres femmes la possibilité d'un attachement fondamental qui inclut l'amour sexuel, elles se dénieront l'amour et la valeur qu'elles accordent spontanément aux hommes, confirmant ainsi leur statut subalterne », énonce le texte des Radicalesbians.


C'est parce que les relations avec d'autres femmes les renvoient à leur propre oppression et à leur propre haine d'elles-mêmes qu'une grande partie des féministes témoignent tant de réticences vis-à-vis du lesbianisme. A l'inverse, nouer une relation d'amour avec une femme c'est déjà s'émanciper, car outre que cela signifie se passer d'un homme et des hommes, soustraire son corps aux désirs masculins (n'être plus concernée), c'est aimer ce qu'on nous a appris à mépriser, reconnaître la valeur du groupe des femmes, dont on est – restaurer son amour de soi, surmonter le décentrement et l'aliénation.


Dans la suite... ben la suite (sous la houlette d'Anne Koedt & Adrienne Rich).

Partager cet article

Repost 0
Published by Alix - dans Lesbianisme
commenter cet article

commentaires

Julien 01/03/2012 13:50


Bonjour, merci de votre réponse rapide.


Je parlais du 1er commentaire de Bader :


"


Je pense qu'on peut imaginer tout un espace de relations non médiées par les hommes qui soit .


Avec cette idée que de faire des différences entre les femmes, à mon sens dans le cadre du système hétérosexiste, on arrive aussi à l'idée de faire des différences entre les hommes. Pas pour dire
qu'il y a de bons hommes comme le dit Léo Thiers-Vidal avec qui je suis en profond désaccord parce qu'il reproduit à mon sens la figure du gentlemen dans un registre certes théorique,
scientifique mais somme toute tout à fait concret."

Alix 01/03/2012 14:44



Désolée, je n'avais pas vu... !


Je ne peux malheureusement pas vous aider, car je n'ai pas du tout compris ce que voulait dire Bader, moi non plus... Pour ma part je n'ai rien à reprocher à Léo Thiers-Vidal, je trouve son
travail passionnant.


(Vous pouvez peut-être essayer de contacter Bader directement, son site est en lien sur le comm'...)


J'ai lu votre article que je trouve excellent, merci.


:)



Julien 01/03/2012 05:07


Bonjour,


Je n'ai pas bien compris ce qui était repproché à Léo Thiers-Vidal. Pouvez-vous m'expliquer ?


Merci

Alix 01/03/2012 08:12



Bonjour,


ce qui était reproché à Léo Thiers-Vidal où ? je ne trouve pas où il est question de lui en fait (pas dans cet article, si ? dans les commentaires ? ailleurs dans le blog ? je ne retrouve pas !)


et donc je ne sais pas quoi vous répondre....


:-)



alix-qui-s'est-gourrée 11/05/2011 18:05



oups - je voulais dire : le prix du public ! enfin bon c'est pareil, l'idée c'est que c'est vachement bien ;p



Anis 08/05/2011 22:32



Tes articles suscitent toujours chez moi de nombreuses réflexions parce qu'ils me poussent à réfléchir sur des notions que je ne creuse pas habituellement. Je me rends compte bien sûr que les
modèles dominants dans la littérature sont toujours hétérosexuels, et je pense que la prochaine étape pour moi sera de m'intéresser à d'autres littératures et j'ai vu sur ton blog de nombreuses
pistes dans tes liens. Tous mes voeux pour cette partie du chemin; j'ai cru comprendre que tu allais devenir bientôt maman.



Alix 10/05/2011 08:58



 


Bonjour Anis et merci beaucoup pour tes commentaires.


En fait je connais assez mal la littérature, y compris avec d'autres modèles qu'hétéro... Je me suis un peu intéressée
à la littérature ado, mais adulte, très peu ! grosse lacune ! je compte sur toi et sur ton blog pour me rattraper... ;p


Je peux juste te conseiller une BD sortie récemment et que j'ai trouvée absolument magnifique (elle a obtenu le prix du
jury au dernier festival d'Angoulême) : "le bleu est une couleur chaude", de Julie Maroh (qui m'a fait BEAUCOUP pleurer !! mais pas du tout que de tristesse...)


A bientôt !



Phil Siné 02/05/2011 10:19



voilà qui donne follement envie de devenir lesbienne !


et pour celles qui rechignent à coucher avec une femme, il y a toujours la possibilité de transformer son mari en lesbienne...



Présentation

Où êtes-vous ?

Chez la méduse. Glânez comme bon vous semblera.
Vous trouverez ici de petits comptes-rendus de bouquins que j'ai lus (plus souvent de passages / chapitres), ou (plus rarement) de cours / séminaires / conférences auxquels j'ai assisté. (Je veillerai à user les citations avec modération, si !)
Ces petits topos seront situés : c'est moi qui parle, j'écrirai donc ce que j'ai compris / pas compris, ce que j'ai aimé, ce qui m'a intéressé, ce avec quoi je suis en désaccord, etc. Les réactions sont très bienvenues. Vous y trouverez aussi épisodiquement des récits - de choses vues, entendues, autour de moi.
Thèmes abordés chez la méduse : féminisme, théorie féministe, genre - militantisme, sciences sociales, racisme aussi (... etc.?)
Pour quelques explications sur la méduse qui change en pierre et vaque à son tas, vous trouverez un topo ici. D'avance merci pour vos lectures.

Pages